Aller au contenu principal

COP 21, un engagement pour l’avenir de notre planète ?

COP 21, un engagement pour l’avenir de notre planète ?
Partager :

La COP 21, qu’est-ce que c’est ?

La COP est la Conférence des Parties de la Convention Cadre des Nations unies sur le changement climatique (CCNUC). La CCNUCC a été adoptée au cours du Sommet de la Terre de Rio de Janeiro, en 1992. Elle est entrée en vigueur le 21 mars 1994 et a été ratifiée par 196 parties, les parties prenantes à la Convention (195 États plus l’Union européenne en tant qu’institution).
Cette Convention Cadre est une convention universelle de principe, qui reconnaît l’existence d’un changement climatique d’origine humaine et donne aux pays industrialisés la primauté de la responsabilité pour lutter contre ce phénomène climatique. La COP se réunit chaque année lors de conférences mondiales où sont prises des décisions pour respecter les objectifs de lutte contre les changements climatiques. Les décisions ne peuvent être prises qu’à l’unanimité des parties ou par consensus.

La France a été nommée pays hôte en 2015 de l’une des plus grandes conférences internationales jamais organisées sur le changement climatique. Paris accueillera du 30 novembre au 11 décembre 2015, la 21e conférence des Parties (COP) de la convention Cadre des Nations Unies sur le changement climatique (CCNUC), d’où son nom COP21. On l’appelle aussi la conférence Paris Climat 2015. Elle se tiendra sur le site du Bourget.
En tant que pays assurant la présidence de la COP, la France devra garantir un rôle de conciliateur entre les négociations des différents pays présents. Laurent Fabius a été nommé Président de la Conférence.
On attend des dizaines de chefs d’Etat et de gouvernements et plus de 20.000 congressistes venus du monde entier.

L’objet de cette conférence est de sceller un accord international pour limiter le réchauffement global en dessous de 2°C. Le dernier rapport du GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) ayant mis en exergue la menaçante perspective d’un réchauffement climatique de 3 à 5°, la Communauté Internationale doit réagir vivement et à s’engager plus efficacement contre le réchauffement climatique.
Incapables de se mettre d'accord en 2009 lors de la Conférence de Copenhague, les Etats ont décidé de reporter à 2015 la signature d'un accord international contraignant. L’enjeu est majeur : contenir les dérèglements climatiques qui menacent nos sociétés et nos économies.

Des temps forts pour préparer la COP 21

Lors de la Conférence de Lima COP 20 en décembre 2014, les Etats ont trouvé un accord sur les 1ers éléments du texte qui doit permettre de limiter le réchauffement climatique en dessous de 2 degrés.

En février dernier, les diplomates de 194 pays se sont retrouvés à Genève pour une réunion préparatoire de la COP 21. Les négociateurs ont préparé un projet de texte, réunissant l’ensemble des positions, souvent différentes des pays participants. Ce texte reste une base pour les négociations qui auront lieu à Paris en décembre prochain. La route semble néanmoins encore longue pour arriver à un accord consensuel.
En juin prochain se tiendra à Bonn une autre réunion des 194 pays en amont de la conférence Paris Climat.

La France ne veut pas seulement être le pays qui reçoit mais le pays qui se mobilise et qui s’engage pour contribuer à la réussite de la COP 21

La France a décidé avant la COP 21, de faire participer la société civile au changement climatique. Elle prévoit des débats avec les représentants des sociétés civiles telles les ONG, les entreprises…
Lors de la Conférence Paris Climat 2015, elle va mettre à disposition un espace pour la société civile qui pourra y accéder sans accréditation. Les territoires, régions, métropoles et les élus locaux souhaitent intervenir dans ces discussions.

La ville de Paris déjà mobilisée dans la transition énergétique, souhaite également contribuer à la réussite de la COP 21. Elle a mis en place un dispositif appelé Solutions COP 21.

Enfin la France souhaite montrer lors de cette Conférence, son exemplarité environnementale. Elle va déployer pour cela toute une série d’opérations visant à amoindrir la consommation de ressources naturelles (eau, déchets, énergie) et des émissions de gaz à effet de serre.