Aller au contenu principal

Tour du monde de l’open data : Amsterdam, la ville durable (épisode 2)

Tour du monde de l’open data (épisode 2) : Amsterdam, la ville durable
Partager :

Après le focus sur la ville de Los Angeles, nous vous proposons de nous concentrer sur une ville européenne qui utilise les données dans un objectif de durabilité : Amsterdam. Cette ville a, en effet, lancé en 2014 un nouveau service : Energy Atlas afin d’assurer le développement des énergies renouvelables. Ce service s’inscrit dans le programme européen TRANSFOMER qui est déployé dans six grandes villes européennes. Energy Atlas a pour principal objectif d’agréger les données de consommation de 800 000 habitats afin de les mettre à disposition sur une plateforme.

Face à l’importance de ses dépenses énergétiques (presque 2 milliards d’euros par an) et la croissance rapide de sa population, la ville d’Amsterdam s’est dotée d’objectifs ambitieux tels que la réduction des émissions de CO2 de 40% comparé aux niveaux de 1990 d’ici à 2025. Consciente de l’impossibilité de faire face à ces challenges toute seule, la Venise du Nord a décidé de s’engager dans une dynamique d’ouverture des données avec son service Energy Atlas. Ce service permet l’ouverture des données en ce qui concerne la production, la consommation d’énergie, la quantité de chaleur produite, les opportunités éoliennes ou solaires.

Ce service permet ainsi de donner aux personnes intéressées les données dont elles pourront se servir et apparait également comme un excellent outil d’aide à la décision pour les politiques énergétiques. Par ailleurs, Energy Atlas met en lumière des opportunités pour les entreprises. A titre d’exemple, une carte permet d’illustrer les déperditions thermiques des toitures. Sur cette carte, plus le toit d’un bâtiment apparait rouge, plus la déperdition de chaleur est importante. Une telle carte permet donc à la fois au propriétaire du bâtiment d’identifier un problème dont il n’avait pas idée, et permet en même temps aux entreprises d’identifier un client potentiel pour lui proposer de l’isolation thermique.

Amsterdam, la ville durable

En outre, il est possible d’identifier quantité d’autres données mises à disposition par le site. On y trouve ainsi une carte des potentiels solaires qui tient compte à la fois du rayonnement solaire et de l’orientation des toits. De la même manière, cette carte permet aux propriétaires de maison de saisir une opportunité en terme de solaire et permet aux entreprises du solaire d’identifier des opportunités. Une autre carte indique la production de déchets afin de mettre en avant les opportunités de valorisation énergétique.

Amsterdam, la ville durable

En conséquence, Energy Atlas permet à la ville d’Amsterdam de s’inscrire dans une co-construction de valeur. La ville se place ainsi comme une interface entre les habitants et les entreprises et permet à chacun de trouver des opportunités dans un objectif de durabilité et de croissance verte. Cette dynamique de co-construction est particulièrement intéressante et met en avant le changement progressif dans le gouvernement vers une horizontalité croissante aboutissant vers un nouveau paradigme : le Public Value Management (PVM).