Aller au contenu principal

Matinale avec Jean Paul Delevoye au Conseil Economique, Social et Environnemental

Matinale avec Jean Paul Delevoye
Partager :

Pour sa 2e Matinale, l’Atelier Energie & Territoires était exceptionnellement accueilli par le Conseil Economique, Social et Environnementale (Le CESE, la 3e Assemblée de la République française), en présence de son président Jean-Paul Delevoye ainsi que plusieurs de ses membres : Jean-Alain Mariotti (président de la Section Aménagement Durable des Territoires), Jacky Chorin (représentant du monde syndical), et Serge Péron (administrateur de la section de l’Environnement)

Le choix du CESE pour cette seconde édition était tout sauf fortuit : cette assemblée consultative, qui a, rappelons-le, mission de « conseiller le gouvernement, l’Assemblée nationale et le Sénat dans l’élaboration des lois et des décisions de politique publique à travers un processus de saisine ou d’auto-saisine » a produit récemment deux avis sur la transition énergétique à l’horizon 2020-2050.

L’un, confié par la section de l’environnement au célèbre spécialiste de climatologie, Jean Jouzel (ancien président du Giec) et à Catherine Tissot-Colle, directrice de communication et développement durable du groupe Eramet, et publié sous le titre « La transition énergétique : 2020-2050, un avenir à bâtir, une voie à tracer » ; l’autre, confié par la section des activités économiques, à Jacky Chorin (secrétaire général de la Fédération FO énergie et Mines) et Anne de Béthencourt, chargée des relations extérieures au sein de la Fondation Nicolas Hulot, et portant, lui, plus spécifiquement sur l’efficacité énergétique, comme « gisement d’économies ».

Après une présentation complète de ces avis, les rôles étaient inversés : Jean-Paul Delevoye et Jacky Chorin étaient auditionnés par deux membres du comité scientifique de l’Atelier Energie & Territoires : Pierre Veltz (Président Directeur général de l’Etablissement Public Paris Saclay), connu pour ses travaux sur les territoires métropolitains dans le contexte de mondialisation, et Bruno Charles (élu Europe Ecologie les Verts, Vice-Président du Grand Lyon en charge du développement durable).

Le moins que l’on puisse dire est que cette seconde Matinale a bien été dans l’esprit des débats que souhaite engager l’Atelier Energie & Territoires : elle a été l’occasion de faire apparaître des points de convergence, mais aussi de divergence. En témoigne l’échange « électrique » entre le syndicaliste Jacky Chorin, qui n’a pas caché qu’il était « favorable au nucléaire », et celui qu’il s’est plu à présenter comme l’ « environnementaliste » de la table ronde, Bruno Charles, autour du modèle de fixation de prix de l’électricité au plan national. Là où ce dernier s’interrogeait sur son efficacité au vu de l’aggravation de la précarité énergétique, le premier en a au contraire vanté les mérites, en l’absence d’un système de péréquation alternatif viable. Si le système centralisé n’est pas la cause de la montée de cette précarité à laquelle on assiste, il ne l’a pas empêchée non plus, a tenu à faire observer Bruno Charles, avant de s’interroger sur le conservatisme… des syndicats ! Même divergence sur l’échelon jugé le plus pertinent pour assurer une politique locale, l’élu mettant en avant la métropole, là où le syndicaliste privilégierait plutôt la Région. Ou encore sur la manière d’envisager l’efficacité énergétique elle-même (avec la même qualité de service pour Jacky Chorin, de confort, pour Bruno Charles). Au final, l’un et l’autre se retrouvaient cependant sur le principe d’une équité sinon solidarité territoriale - un enjeu absent des deux avis du CESE - au nom d’une égalité républicaine à laquelle ils se disaient tous deux attachés.

Tous les intervenants ont par ailleurs répondu favorablement au constat dressé par Pierre Veltz concernant la nécessité de valoriser au mieux et aussi systématiquement que possible les opportunités industrielles, en prenant en exemple l’Allemagne. Une démarche dont Bruno Charles a pu témoigner de l’intérêt, en constatant que l’encouragement par la Région Rhône-Alpes des entreprises locales à concevoir des solutions innovantes en matière d’efficacité a débouché sur la création de filières innovantes. Tous ont également fait leur le constat d’une société en pleine métamorphose, passant d’un fonctionnement hiérarchique à une « société horizontale », appelant davantage de régulation que de contrôle. Les initiatives ne manquent pas, résumait en substance Jean-Paul Delevoye. Il conviendrait juste que le politique libère… les énergies, plutôt que de les contraindre…

Pour ceux qui n’ont pu assister à cette Matinale, nous invitons à consulter la vidéo mise prochainement à disposition sur le site.